DANIELL. A Picturesque Voyage to India by the way of China

Img 4177

Img 4180

Exemplaire en plein maroquin aux armes du marquis de Bath, collection Beriah Botfield « J’ai bonne cause »

Img 4198

Collection Beriah Botfield portant la devise : « J’ai bonne cause »

DANIELL (Thomas & William).

 

A Picturesque Voyage to India by the way of China.

 

London, Printed for Longman, Hurst, Rees, and Orme, Paternoster-Row, and William Daniell, 1810.

 

Petit in-folio oblong ; page de gd titre-II [Introduction]-50 aquatintes coul. h.-t. encadrées sur papier fort et montées sur onglet-50 ff. non ch. de texte explicatif en regard.

 

Plein maroquin vert, dos à larges nerfs encadrement or, caissons or, titre or, large encadrement or sur les plats, fleurons or d’écoinçons, armes frappées au centre des plats, tranches dorées, reliure de l’époque, UN TRÈS BEL EXEMPLAIRE.

 

Dimensions : 370 x 280 mm


Vendu

Sold


Bibliographie

ÉDITION ORIGINALE TRÈS RARE DANS CETTE CONDITION.

L’ouvrage fut publié en 10 livraisons contenant chacune d’elles 5 aquatintes.

- Abbey, Travel, t. II, 516. Lipperheide, 1523. Sutton, pp. 19-20. Tooley, 173.


Provenance prestigieuse : bibliothèque du LONGLEAT CASTLE, l’une des plus belles demeures Renaissance sous la période de la reine Elisabeth Ire.

 

- Armes portant la devise « J’ai bonne cause » [lignée famille THYNNE marquis de BATH].


Collection BERIAH BOTFIELD (1807-1863), l’une des plus importantes et des plus prestigieuses bibliothèques d’Angleterre (12 000 volumes).


Un mot sur BERIAH BOTFIELD

 

« À Londres, au 81 Pall Mall, à deux pas de King street, se tenait autrefois la librairie de Beriah Botfield (1807-1863). Celui-là, antiquaire distingué et bibliographe, était aussi membre du Roxburghe Club réunissant les plus grands bibliophiles anglais depuis 1812. Les goûts de Botfield étaient conventionnels pour l’époque : incunables, classiques et bibles, imprimés de préférence sur vélin, pas le papier, la peau. Il s’intéressait aussi aux ouvrages d’histoire naturelle et aux livres comportant des planches couleurs, aussi bien modernes qu’anciens. S’il tenait à un état de parfaite conservation de ses volumes, il aimait à les faire relier en plein maroquin orné de fers par Simié, Bozérian jeune, Roger Payne ou Charles Lewis. Un habit neuf et de luxe pour un monument ancien prestigieux.

Beriah Botfield mourut à l’âge de 56 ans. Sa bibliothèque fut conservée intacte, dans sa famille, à l’exception des manuscrits vendus au cours des quinze dernières années. » (in Canal Académie, Bertrand Galimard Flavigny).


Très belles gravures en couleur qui distinguent ce remarquable volume imprimé en 1810 (à l’aube du grand siècle de l’érudition) et qui cultive déjà, comme le laisse apparaître l’introduction, la nostalgie du : « siècle passé [où] la passion de la découverte, originellement suscitée par la soif de l’or, [était] exaltée pour de plus hauts et nobles buts que les spéculations commerciales [...] [et où] un esprit libéral de curiosité a soutenu ces entreprises pour lesquelles l’avarice ne menait à rien et la chance n’annexait aucune récompense. »


Peintre et graveur paysagiste qui fut le plus grand voyageur parmi les artistes coloniaux de son époque, Daniell (1749-1840) gagna le titre d’« artiste-aventurier ». À son retour des Indes en 1792, il devint membre des plus prestigieuses institutions anglaises (Royal Academy, Royal Society, Asiatic Society et Society of Antiquaries) et commença à publier ses gravures, dont ce Voyage pittoresque en Inde suit ses célèbres séries de Paysage oriental (Oriental Scenery).

Un magnifique ensemble, de belle provenance.

Les planches représentent des scènes de genre et de nombreuses vues. L’île de Madère, le cap de Bonne-Espérance, Whampoa (rivière de Canton), Canton, Macao, la Chine (grand nombre de planches), l’île de Java, Malais de l’île de Java, la côte de Cochin, le détroit de Malacca, le golfe du Bengale, Calcutta, etc.