GASTON D'ORLÉANS.

UN PRÉCIEUX MANUSCRIT LITURGIQUE AYANT APPARTENU À GASTON D’ORLÉANS

400px gaston duke of orle ans cha teau de blois

UN SPLENDIDE EXEMPLAIRE QUI RÉUNIT TOUTES LES QUALITÉS RARES POUR UN COLLECTIONNEUR EXIGEANT

Gaston de france 16

UN ÉTAT EXCEPTIONNEL DE CONSERVATION

Gaston de france 10

UN PRÉCIEUX EXEMPLAIRE CONSERVÉ DANS SA SPLENDIDE RELIURE DE L’ÉPOQUE EN MAROQUIN FAUVE.

Gaston de france 14

Gaston de france 11

Gaston de france 12

Gaston de france 1

Gaston de france 2

Gaston de france 3

Gaston de france 4

Gaston de france 5

Gaston de france 6

Gaston de france 7

Gaston de france 8

Gaston de france 9

Un très rare ouvrage du jeune prince Gaston d’Orléans : un manuscrit liturgique réalisé à Paris vers 1627

La provenance princière, la reliure d’origine et le contenu religieux particulier, amplement enrichi de belles gravures à pleine page, font de ce manuscrit un ouvrage rare et précieux.


Le manuscrit

Papier, 204 feuillets et des feuillets de garde; 298 x 207 mm ; justification 230 x 146 mm ; 15-16 longues lignes ; foliotation en chiffres arabes ; XVIIe siècle (vers 1627).

Composition détaillée : contre-garde collée en papier marbré peigné au début, 4 feuillets blancs (le dernier avec réglure), 1 feuillet non folioté illustré, 204 ff. (et feuillets supplémentaires entre les ff. 18 et 19 et 48 et 49), 3 feuillets blancs, garde collée en papier marbré peigné.


Prix sur demande

Price on request


Une luxueuse reliure au chiffre de Gaston d’orléans

Une luxueuse reliure d’origine, au chiffre du duc, du premier tiers du XVIIe siècle : plein maroquin fauve, 295 x 215 x 50 mm ; deux plats identiques aux motifs dorés : au centre le chiffre de Gaston d’Orléans (deux G en capitales romaines adossés et entrelacés, entourés d’un cœur ; ce cœur est surmonté d’une couronne fermée ; le tout est inscrit dans un ovale), semé de fleurs de lys placées dans un réseau de losanges au décor perlé, bordures aux motifs de petites fleurs stylisées et de filets dorés ; dos orné de motifs dorés semblables ; tranches dorées.

Datation : l’initiale peinte du f. 114 porte la date 1627.

On ne saurait trop insister sur la rareté d’un exemplaire ayant appartenu à Gaston d'Orléans et pourvu de provenances aussi prestigieuses ; preuve d’une valeur de premier ordre de cet exemplaire.

Provenance :

  • Gaston d’Orléans (1608-1660.
  • Louis XIV (?).
  • Vente 19 décembre 1945 (lot 632).
  • John Roland Abbey (1894-1969) : n° 2734.
  • Vente Londres, Sotheby & Co, 23 juin 1965 (lot 534).
  • Vente Paris Drouot, 5 juin 2002 (lot 109).

- Gaston d’Orléans (1608-1660), premier possesseur du manuscrit

La reliure porte le chiffre de Gaston d’Orléans (au centre des plats supérieur et inférieur).

Gaston, Jean-Baptiste de France (Gaston d’Orléans), fils d’Henri IV (roi de France, 1553-1610) et de Marie de Médicis (reine de France, 1573-1642), est né le 25 avril 1608. Frère cadet du roi Louis XIII, il est l’héritier du trône jusqu’à la naissance du futur Louis XIV en 1638.

Le 6 août 1626 il épouse Marie de Bourbon-Montpensier, l’une des plus riches dames du royaume (une planche gravée montre le couple ; BnF, département des Estampes, coll. Hennin n° 2088). Ce mariage fut imposé au jeune duc par le roi et son cardinal-ministre Richelieu. Gaston d’Orléans reçut à l’occasion de ce mariage en apanage de son frère Louis XIII le duché d’Orléans et le comté de Blois. La duchesse meurt à la naissance de leur fille, appelée la Grande Mademoiselle, en 1627.

Prince mécène, amateur d’art, homme de culture, passionné de botanique, il constitue une exceptionnelle collection d’œuvres d’art, de cartes, de médailles, de vélins enluminés, de livres, réunis dans sa résidence, le château Royal de Blois et le palais d’Orléans (actuel palais du Luxembourg, siège du Sénat français). Cette collection fut considérée comme l’un des plus riches cabinets d’Europe.

Du vivant du duc, sa bibliothèque jouissait déjà d’une grande renommée. Le Père Louis Jacob parle de « la très riche et splendide bibliothèque » du duc et mentionne le type de reliure « mais outre cela les livres sont de toutes les meilleures éditions qui se peuvent treuver ; & quant à leur relieure, elle est toute d’une mesme façon, avec les chiffres de son Altesse reale » (extrait Jacob, 1644, p. 477-478 ; Delisle, 1868, p. 266). Et le journal de John Evelyn parle aussi de manière élogieuse de la bibliothèque du duc qu’il a vu au palais d’Orléans le premier avril 1644 (Bray, 1890, p. 57).

Par son testament du 1er février 1660, Gaston d’Orléans légua sa bibliothèque à son neveu Louis XIV. Il meurt le lendemain au château de Blois. Il n’existe pas d’inventaire après décès.

En 1660 eut lieu le transfert des vélins enluminés au Cabinet du roi (Palais du Louvre).

Les manuscrits vont intégrer la Bibliothèque royale, puis nationale (actuelle BnF). D’autres ouvrages sont au Muséum national d’histoire naturelle. Seuls quelques rares ouvrages ont connu un autre chemin ; de très rares sont en mains privées.

Nous ne possédons pas dans les fonds publics ou privés les livres d’Heures de Gaston d’Orléans.


Un manuscrit avec le même type de chiffre sur les plats de la reliure se trouvait dans la collection d’Ambroise Firmin-Didot : Psautier de David, contenant cent cinquante psaumes avec les cantiques, imprimé à Paris chez Jamet Mettayer, imprimeur du roi en 1586 (Vente Paris, 11-16 juin 1883, n° 39).

Voici la notice du catalogue :

 « Reliure de toute beauté, au chiffre (GG) couronné de GASTON DE FRANCE, duc d'Orléans, frère de Louis XIII. On sait combien sont rares les belles reliures provenant des bibliothèques de ce prince. » (juin 1883).


- John Roland Abbey (1894-1969)

Sur la contre-garde collée en papier marbré au début du volume figure l’ex-libris de John Roland Abbey avec ses armoiries (cimier et lambrequins) et la devise latine sur un long phylactère « DEUS NOBISCUM QUIS CONTRA ». Cet ex-libris gravé est signé « J.F. BADELEY 1920 » : Henry John Fansbawe Badeley (né le 7 juin 1874 à Elswick, Northumberland) fut un graveur britannique. Il exposa à la Royal Academy et à la Royal Society of Painters, Etchers and Engravers de Londres (cf. Bénézit).

Le grand bibliophile et collectionneur anglais, John Roland Abbey, avait sa résidence à Storrington (Sussex). Il a constitué une très riche bibliothèque avec un intérêt particulier pour les reliures et les manuscrits enluminés.

Il acheta le présent volume sans doute à la vente de Sotheby & Co en 1945. Le troisième feuillet en fin de volume en garde la mention car le collectionneur numérotait tous ses livres à cet endroit : on lit à l’encre bleue (dans l’angle supérieur droit) J.A. 2734 et 10 :1 :1946. Cette dernière date étant proche de la vente Sotheby du 19 décembre 1945.

La collection de Major Abbey fut vendue chez Sotheby’s progressivement avant et après sa mort (onze ventes entre 1954 et 1978 : 5-6 juillet 1954, 21-23 juin 1965, 14-16 novembre 1966, 19-21 juin 1967, 6 novembre 1967, 2 juin 1970, 19 octobre 1970, 4 juin 1974, 25 mars 1975, 20 juin 1978 et 19 juin 1989) ; ventes thématiques dont certaines étaient spécialement consacrées aux reliures.

Le présent volume a figuré à la vente de 1965 d’imprimés et de belles reliures. La liste des résultats de vente indique le libraire londonien Maggs comme acquéreur (prix 160 £ / 448.00 $).

Sur le premier feuillet de garde, notes au crayon relatives au premier possesseur et à la date indiquée dans le manuscrit : Gaston, duc d’Orléans (frère de Louis XIII) (1608-1660) 1627 et le chiffre 2560. Sur la garde en fin de volume : indication au crayon : BGP et RSZZ 5/20.


Contenu

Recueil, en latin, de lectures relatives à la Passion du Christ, complétées par les psaumes de la pénitence. L’écriture, très homogène à travers le volume, imite les caractères typographiques dits romains. Le texte manuscrit est écrit à l’encre noire, bleue et rouge.

F. 1-17v : Dominica in Palmis. Passio Domini.

F. 19-32 : Feria Tertia Maioris Hebdomadae.

F. 34-47v : Feria Quarta Maioris Hebdomadae.

F. 49-60 : Feria Sexta in Parasceve.

F. 62-112 : Feria Quinta in Coena Domini.

F. 114-154 : Feria Sexta.

F. 156-182v : Sabbato sancto.

F. 185-204v : Septem Psalmi Poenitentiales cum Lianiis.


Décor

16 grandes planches gravées ont été insérées dans le texte au début de chacune des séquences. Parmi les 16 gravures, 10 planches différentes, 6 sont doublées.

Feuillet frontispice : Gravure. La même gravure au recto et au verso (243 x 193 mm).

Saint Matthieu. Signée « I. Messager ex. ».

L’évangéliste Matthieu tient une plume et s’apprête à écrire dans un livre ouvert posé devant lui. Il se tourne vers son symbole, l’ange. Une colonne, une arcade et une draperie servent de décor à la pièce. Plusieurs livres reliés sont posés au sol. À travers l’arcade, on voit un lointain paysage.

La même gravure au verso, en regard du début du texte : Dominica in palmis ; la passion du Christ selon l’évangile de saint Matthieu, chapitre 26.

F. [18 bis] : Gravure. La même gravure au recto et au verso (241 x 195 mm).

Saint Marc. Signée « I. Messager ex. ».

L’évangéliste Marc accompagné de son symbole le lion. Plusieurs livres et ustensiles d’écriture posés devant lui sur une armoire à livres. Une fenêtre ouverte, deux colonnes et draperie suspendue servent de cadre à la scène.

Au verso, même gravure, en regard du texte introduit par la rubrique Feria Tertia Maioris Hebdomadae, la passion selon l’évangile de saint Marc.

F. 33 et 33v : Gravure. La même gravure au recto et au verso (245 x 195 mm).

Saint Luc. Signée « I. Messager ex. ».

L’évangéliste Marc et son symbole le taureau couché au sol. Le saint tient une plume et un livre ouvert. Dans la pièce à l’arrière-plan, un homme broie les pigments, allusion à saint Luc peintre.

Au verso, même gravure, en regard du texte introduit par la rubrique Feria Quarta Maioris Hebdomadae, la passion selon l’évangile de saint Luc.

F. [48 bis] Gravure. La même gravure au recto et au verso (242 x 195 mm).

Saint Jean. Signée « I. Messager ex. ».

L’évangéliste Jean et son symbole l’aigle. Entouré de livres et tenant un livre ouvert, le saint plonge sa plume dans l’encrier.

Au verso, même gravure, en regard du texte introduit par la rubrique Feria Sexta in Parasceve, la passion selon l’évangile de saint Jean.

F. 61 et 61v. Gravures. Deux gravures différentes. Dernière Cène.

Au recto une Dernière Cène signée C. de Mallery f (215 x 152 mm) ;

Les apôtres en conversation avec le Christ, au centre de l’assemblée attablée. Un serviteur à proximité. Judas cache la bourse des trente deniers dans son dos. Un diable près de lui aux pieds de la table évoque l’esprit malin du traître. Un lustre où brûlent deux flammes illumine la scène.

Au verso, gravure signée I. Messager excudit  (281 x 201 mm).

Les apôtres sont réunis autour du Christ qui touche l’agneau pascal au centre de la table. Saint Jean pose sa tête contre la poitrine du Seigneur. Judas, la bourse en main, détourne le regard. Par un jeu de regards et de gestes, la scène est animée montrant une assemblée dense en conversation.

F. 113 et 113v. Gravure. La même gravure au recto et au verso (215 x 154 mm).

Crucifixion. Signée : C. de Mallery f.

Le Christ en croix ; la Vierge et saint Jean de part et d’autre. Marie Madeleine agenouillée au pied de la croix, dans une position de pénitente. Son vase à parfum et le crâne d’Adam sont posés au sol. L’arrière-plan est occupé par la cité de Jérusalem.

F. 155 et 155v. Gravure. Deux gravures différentes. Descente de croix.

Au recto gravure (195 x 140 mm) signée Theodor. Galle excud. ;

Une déposition de croix aux nombreux personnages. Devant un ciel sombre, quatre hommes haut perchés sur des échelles ont détaché le corps du Christ, l’ont posé sur un drap blanc et descendent délicatement le corps. Deux autres hommes viennent en aide pour tenir les échelles et soutenir le corps. Parmi les spectateurs, les saintes femmes en pleurs et Marie au plus près de la croix. D’autres personnages se trouvent sur le chemin qui mène à Jérusalem.

La scène est remplie d’émotions ; le moment précis de la descente de croix prend un aspect dramatique.

Au verso : pleine page (283 x 197 mm) en regard du texte Sabbato Sancto, Matines, première nocturne. Cette gravure ne porte pas de signature. Elle accuse le style de Messager.

Déposition de croix : deux hommes perchés en haut d’une échelle et un troisième au pied de la croix détachent le Christ de la croix. Saint Jean retient le corps qui ploie. Trois saintes femmes sont assises au plus près de la scène ; trois hommes à proximité assistent également à l’événement. La couronne d’épines et un linge sont mis dans un panier posé au sol.

F. 184 et 184v. Gravure. La même gravure au recto et au verso (220 x 160 mm). David en prière.

Deux noms : I. Messager excud. (en bas à gauche) et L. Gaultier Sculp. (en bas à droite).

David est agenouillé, son sceptre, son chapeau et la harpe sont posés au sol. Il est en prière alors qu’un ange sortant d’une nuée, porte l’épée et présente un crâne. À l’arrière-plan, palais et paysage lointain.

Décor secondaire

Quelques rares grandes initiales ornées de divers motifs (ex. f. 62 : ornement de feuilles).

Celle du feuillet 114 (Feria Sexta) porte la date 1627 inscrite sur un bout de phylactère.

Une seule initiale (D de Domine), au début des psaumes de pénitence, est ornée d’un bout de parchemin peint avec un décor de tiges fleuries (f. 185).

Simples initiales (1-2 interlignes), alternativement rouges et bleues, de tailles différentes.

Rares bouts de lignes, finement dessinés à l’encre bleue (ex. f. 62, 156) et signes de paragraphes (certaines en forme de croix pattée, rouges).


Graveurs

Jean Messager (né vers 1572, mort à Paris en 1649)

Notamment connu pour ses gravures de sujets religieux. Il signe les planches des quatre évangélistes au début du volume et l’une des deux gravures de la Dernière Cène.

Jean Messager devient célèbre pas son intense activité d’imprimeur en taille-douce, éditeur et marchand d’estampes. Son adresse commerciale depuis au moins 1616 se trouve à Paris, à l’enseigne de l’Espérance, rue Saint-Jacques, paroisse Saint-Benoît, à proximité de l’Université et au cœur du quartier du commerce de l’estampe. De nombreux graveurs attirés par le voisinage des imprimeurs, des libraires et de l’Université habitent rue Saint-Jacques. Les éditeurs parisiens de l’époque diffusent largement les modèles français, flamands et italiens et favorisent le commerce entre les différentes régions et la circulation des artistes.

Jean Messager travaille avec Carel de Mallery et Léonard Gaultier dont les planches figurent aussi dans le présent volume.

 

Charles de Mallery (né en juillet 1571 à Anvers, mort après 1635)

Karel van Mallery ou Charles de Mallery, ou sous son nom latin Carolus de Mallery, fut un dessinateur et graveur de l’École flamande. Élève de Philip Galle (son futur beau-père) en 1585, maître à Anvers en 1597. Il fit un voyage en Italie et est attesté à Rome entre 1595 et 1597. En 1595, il signe le portrait d’Henri IV (père de Gaston d’Orléans) de son nom latin : Carolus de Mallery Antverpiensis sculpsit (BnF, département des estampes, Ed-13-fol., p. 62)

Il s’installa à Paris entre 1599 et 1608-1609. Son œuvre est considérable, notamment constitué de sujets religieux. Ici, il signe une Dernière Cène (f. 61) et une Crucifixion (f. 113).

 

Léonard Gaultier (né à Mayence en 1561 et mort à Paris en 1641)

Dessinateur et graveur au burin. Fut au service de la cour de France et travailla pour Henri III, Henri IV et Marie de Médicis et Louis XIII, l’entourage direct de Gaston d’Orléans.

Son nom est aussi étroitement lié à Jean Messager car l’une des gravures (f. 184), la très belle planche montrant David, est signée de leurs deux noms.

 

Théodor Galle (né à Anvers en 1571 et mort à Anvers en 1633)

Graveur au burin, élève de son père Philippe Galle (beau-père de Charles de Mallery) dont il hérite en 1612 le commerce d’édition et d’imprimerie. Voyage en Italie en 1594. Devient Maître de la gilde de Saint-Luc en 1609.

Il signe ici une seule planche, celle de la Descente de croix (f. 155).


Comparaisons

Un autre manuscrit du duc : Les cent cinquante psaumes de David en espagnol, 1628.

Un manuscrit jumeau, ayant appartenu au duc Gaston d’Orléans, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Mazarine de Paris (ms. 59), présente un contenu semblable. Également en papier et de dimensions proches, il contient un texte en espagnol « Los ciento i cincuenta Salmos de David ». Date : 1628. 253 feuillets, longues lignes, (298 x 223 mm).

Comme dit plus haut, le duc possédait une version française de ces psaumes (Psautier de David, 1586) dans une très belle reliure du xviie siècle.

Le manuscrit de la Mazarine porte sur les plats de la reliure le chiffre, deux G entrelacés dans un cœur surmonté d’une couronne. Toutefois la reliure est assez simple ; mais les papiers marbrés sont identiques au présent exemplaire. Sur la garde collée figure un ex-libris avec l’inscription « Monsr Charpentier » et ses armoiries. Un feuillet de garde indique qu’il a appartenu aux Célestins de Paris, en 1721.

Mazarine ms 59 davidMazarine ms 59 reliure plat supMazarine ms 59 reliure plat inf

 

 

 

 

Le premier feuillet est illustré d’une initiale historiée (63 x 74 mm) qui introduit le premier psaume : « Bien aventurado el varon, que no anduvo en consejo de malus… ». Dans la lettre B est peint David assis jouant de la harpe.

Ce psautier manuscrit comporte également deux gravures au début du volume : une Crucifixion signée C. de Mallery f., au recto (215 x 155) et un David en prière, signé I. Messsager excud. et L. Gaultier sculpt., au verso du même feuillet (219 x 159 mm).

Ces deux gravures sont celles du volume présenté ici (f. 113 et 184). Le nombre de ligne, la réglure et le type d’écriture du manuscrit de la Mazarine sont identiques à ceux du manuscrit présenté ici avec les titres et les rubriques écrits de la même manière.

Parmi d’autres manuscrits contemporains, signalons également l’Armorial de la Maison de Gaston d’Orléans par Pierre d’Hozier et peint par Pierre le Blanc, réalisé à Paris en 1627 (BnF, ms. français 32520 ; cat. d’expo. Gaston d’Orléans, 2017, p. 236, n° 15).

La date de 1627 indiquée dans le présent volume coïncide avec plusieurs événements successifs qui touchent le prince tout particulièrement. Dans les années 1624-1625, l’intendant général Robert Arnauld d’Andilly, nommé par Richelieu, exerça une influence bénéfique sur Gaston, impressionné par la culture et le sens moral de cet homme de foi. Suivirent son premier mariage le 6 août 1626 qui divisa la Cour et provoqua l’affaire Chalais et, peu de temps après, la mort de son épouse en juin 1627 qui affecta beaucoup le jeune duc.

Le présent volume de la bibliothèque du duc Gaston d’Orléans reflète son goût pour les livres manuscrits et les belles reliures. Le contenu liturgique, d’un genre rare, présente une calligraphie soignée et est enrichi grâce à l’insertion de nombreuses estampes de grande qualité. Ces grandes planches gravées, dues à des artistes de renommée, témoignent de l’intense activité des ateliers de la première moitié du XVIIe siècle, d’étroites relations entre les artistes et d’une large diffusion par les éditeurs d’estampes parisiens.


Bibliographie

Catalogues de ventes

Catalogue of valuable printed books and fine bindings from the celebrated collection the property of Major J. R. Abbey, vente Londres, Sotheby & Co, 21-23 juin 1965, p. 205, lot 534, pl. 62 (vente du 23 juin 1965).

Livres et manuscrits, catalogue de vente, Paris, Drouot-Richelieu (commissaires-priseurs Laurin, Guilloux, Buffetaud), 5 juin 2002, p. 62-63, lot 109.

Allgemeines Künstler-Lexikon. Die Bildenden Künstler aller Zeiten und Völker, t. 48, 50, Munich, Leipzig, Saur, 2006, p. 12-13 (Theodoor Galle), 252-253 (Léonard Gaultier).

Théophile Belin, Livres avec riches reliures historiques des xvie, xviie et xviiie siècles, Paris, Belin, 1912, pl. 2560.

Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays par un groupe d'écrivains spécialistes français et étrangers, nouvelle édition, Paris, Gründ, 1999 [Badeley : t. 1, p. 619 ; Gaultier : t. 5, p. 917 ; Mallery, Messager, t. 9, p. 110, 527].

William Bray (éd.), The diary of John Evelyn, Esq., F.R.S. from 1641 to 1705-6 with memoir, Londres, Gibbings, 1890, p. 57.

Catalogue des livres précieux manuscrits et imprimés faisant partie de la bibliothèque de M. Ambroise Firmin-Didot, vente, Paris, Drouot, 11-16 juin 1883, p. 56-57 (n° 39), fig.

Anatole Chabouillet, Recherches faites sur les origines du Cabinet des Médailles et particulièrement sur le legs des collections de Gaston duc d’Orléans au roi Louis XIV, Paris, 1874. (BnF, Gallica : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31922786f)

Jean-Marie Constant, Pierre Gatulle (dir.), avec la collaboration de Maxence Hermant et François Lafabrié (dir.), Gaston d’Orléans. Prince rebelle et mécène, exposition, château de Blois, 1er juillet-15 octobre 2017, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Léopold Delisle, Le Cabinet des Manuscrits de la Bibliothèque impériale, t. I, Paris, 1868, p. 265-266 (BnF, Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1409901/f290.image)

A. R. A. Hobson, French and Italian collectors and their bindings illustrated from examples in the Library of J.R. Abbey, Oxford, The Roxburghe Club, 1953, p. 77 (n° 35) et planche.

Louis Jacob, Traicté des plus belles bibliothèques publiques et particulières qui ont esté et qui sont à présent le monde, Paris, R. Le Duc, 1644, p. 477-478.

Auguste Molinier, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Mazarine, t. 1, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1885, p. 21-22 (ms. 59).

Eugène Olivier, Georges Hermal, R. de Roton, Manuel de l’amateur de reliures armoriées françaises, 27e série, Souverains et princes français, 3e partie, planches 2526 à 2573, Paris, Bosse, 1934, pl. 2560.

Vanessa Selbach, « L’activité de l’éditeur d’estampes parisien Jean Messager (vers 1572-1649) : l’affirmation de la gravure française du premier quart du XVIIe siècle, au carrefour des influences flamandes et italiennes », In Monte Artium. Journal of the Royal Library of Belgium, 3, 2010, p. 35-51.

Roger-Armand Weigert, Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIe siècle. Bibliothèque nationale, Cabinet des estampes, t IV, Ecman-Giffart, Paris, BnF, 1961.


Pour commander cet ouvrage vous pouvez utiliser notre formulaire
ou nous contacter par téléphone : +33 (0)1 43 29 87 94
ou par e-mail : info@herodotebooks.com

If you wish to order this book please use our order form
or contact us at : +33 (0)1 43 29 87 94
or even better please send us an email at : info@herodotebooks.com