Un important manuscrit unique

FABVIER. Le Journal de route du lieutenant Fabvier en Perse

Fabvier 2

Fabvier 1

Fabvier

Un important manuscrit d'une mission de renseignements en Perse.

FABVIER (Charles-Nicolas, baron). 1782-1855.

Manuscrit autographe signé et daté de février 1874 [par le fils du général Fabvier], intitulé : « Excursion en Perse ».

Cahier réglé petit in-folio [360 x 240 mm] ; titre-75 pp., une demi-feutrine verte, dos lisse, étiquette de titre sur le premier plat, reliure de l’époque, étui, chemise, un bon état général.


Nous reproduisons ici les notes de la page de titre et quelques extraits du manuscrit:

« Excursion en Perse. Copie des trois cahiers de notes rédigées par mon père, Paris en février 1874. [signature].

[Sur le premier cahier, il y a ce titre:] 1807 septembre. 1er cahier de notes. Travail rédigé. Ce cahier contient depuis Scutari jusqu’à moitié chemin de Néo 24 Césarée à Srmam. – Second cahier sans aucun titre. – 3eme cahier. Des frontières de Perse du 5 sbre [sic] au 4X bre [sic] à Téhéran. »

Un passionnant et important journal de route du lieutenant Fabvier [1782-1855], retraçant avec exactitude 76 journées de voyage, décrites sans négligence, du simple fait à l’anecdote.

Départ de Scutari [Üsku?dar, Turquie], le 10 septembre 1807, et arrivée à Téhéran [Perse], le 4 décembre de la même année.

« Programme – Écrire proprement, sans phrase. Exactitude et sans négligence, même des plus petits détails. Enfin bon itinéraire. Établir une marche. Population, distance, etc. » Première journée. 5 h. Parti de Scutari le jeudi 10 s[eptem]bre 1807 à 4 h. 1/2 du soir. Route pavée très carrossable. Seulement interrompue en quelques endroits pendant peu de temps. D’abord à travers des terres extrêmement fertiles. Cela dure une 1/2 heure. Belle chaussée. Pont de deux arches fait en pierre sur un fort petit ruisseau. Le terrain change et devient aride, pierreux, plaine inculte à gauche, […], 1 h. 3/4. Mosquée à droite. 2 h. 1/2 arrivée à Téhéran chez Son Excellence le grand Vizir Mirza Chefi. »

Afin de garder au récit sont caractère propre, nous avons conservé l’orthographe d’origine y compris dans l’usage des capitales d’imprimerie.


En 1807, l'officier Fabvier fit partie de la mission Sébastiani qui allait défendre Constantinople contre la flotte anglaise [triple alliance France, la Porte et Perse contre la Russie]. À la même époque, Napoléon se tourna vers la Perse où il expédia le général Gardanne qui devait étudier, dit-il à Talleyrand, « la nature des obstacles qu’aurait à franchir une armée de 40 000 hommes qui se rendrait aux Indes » (avril 1807).

Peu de temps après, le lieutenant Fabvier fut adjoint au général Gardanne dans sa mission auprès du shah de Perse et, doté de moyens extrêmement réduits, il réussit à créer malgré tout, mais fort de son expérience militaire, un arsenal à Ispahan [le chemin pour la marche vers l’Inde était préparé, mais celle-ci n’aura pas lieu]. Quelques années plus tard, Fabvier combattit auprès des Grecs pour l’indépendance de leur pays.


Provenance : Descendants de la famille du général de division, baron FABVIER.


Vendu


L'ÉTONNANT GÉNÉRAL FABVIER (1782-1855) servit durant les campagnes napoléoniennes de 1805 à 1814, atteignant le grade de colonel, mais ne prit aucun poste sous les Cent Jours. Il embrassa ensuite la cause libérale aux côtés de La Fayette et de Foy, s'opposa à l'expédition française en Espagne puis participa en Grèce à la lutte des révolutionnaires contre les Turcs. Aux premiers jours de la monarchie de Juillet, il fut réintégré au grade de général dans les rangs de l'armée française. À sa retraite, il séjourna au Danemark où il fut appelé pour réorganiser l'armée. Il épousa en 1831 la veuve du général Duroc.