COLETTE. La seconde

L’exemplaire de Pierre-Lucien MARTIN enrichi d’un très bel envoi manuscrit de Colette

Colette la seconde 2

Une superbe reliure de 1948, du maître-relieur Pierre-Lucien MARTIN

Colette la seconde 1

Colette la seconde 4

COLETTE, un maître du style

Colette la seconde 5

COLETTE (Sidonie-Gabrielle).

La seconde

Paris, J. Ferenczi & fils, Éditeur, 1929.

[Sur les Presses de L’Imprimerie Moderne à Montrouge]

In-18 Jésus ; 270 pp.

Plein maroquin bleu nuit bordé, plats incrustés de parchemin ivoire, filet or d’encadrement, dos lisse, titre or, tête or sur témoins, doublure et garde volante en parchemin ivoire, couverture beige, titre encadré et dos éditeur conservé, étui bordé de maroquin et chemise à bandes en maroquin bleu nuit, magnifique et remarquable reliure décorative réalisée par le maître-relieur Pierre-Lucien MARTIN en 1948, au talent très rarement égalé.  

Dimensions : 190 x 130 mm


5 500 €


Bibliographie

ÉDITION ORIGINALE.


Tirage de tête :

  • 35 exemplaires sur papier Japon Impérial Super-Nacré. Numérotés de 1 à 35.
  • 15 exemplaires sur papier Japon Impérial Super-Nacré Hors Commerce. NumérotésH. C. 1 à H. C. 15.
  • NOTRE EXEMPLAIRE : 10 exemplaires sur papier Japon Impérial Hors Commerce. Numérotés H. C. 16 à H. C. 25 (H. C. n° 17).

- Talvart & Place, t. III, p. 203, n° 36a.

- Catalogue Pierre-Lucien MARTIN. Reliures 1848-1977. Préfacé par André Rodocanachi. Paris, L’Artisan du Livre, Chez Claude Guérin, 1878, n° , Exposition consacrée à Pierre-Lucien MARTIN, organisée à Paris par L’Artisan du Livre du 22 février au 7 mars 1878.


Un mot sur Pierre-Lucien Martin, maître-relieur de réputation internationale.

Pierre-Lucien MARTIN (1913-1985) ouvrit son officine en 1940, après avoir acheté le matériel du relieur Alfred Farez (successeur de Carayon). Ce n’est qu’en 1945 qu’apparurent ses premières recherches de décors et ses premières reliures de bibliophiles. En 1948, il se vit décerner le « Prix de la reliure originale ».


L’exemplaire de Pierre-Lucien MARTIN, enrichi d’un très bel envoi manuscrit à l’encre bleu-noir de Colette :

« Ah ! monsieur Martin, que vous m’habillez bien !

merci, en toute sympathie

Colette »


Après des délais largement dépassés et une rédaction mainte fois repoussée - Colette avait eu l'idée de ce roman dès août 1922 -, La seconde paraît avec quelques coupures, du 1er janvier au 1er mars 1929, sous forme de feuilleton dans Les Annales, la revue que dirige Pierre Brisson. Ce fut « Difficile à écrire », confie-t-elle à Marguerite Moreno, « [...] J’ai fini. J’y crois à peine. Il n’y a plus que les petits supplices des épreuves et autres malices typographiques. » Le titre provisoire était Le double, mais c’est bien sous celui de La seconde qu’il est achevé le 31 décembre 1928. Colette livre alors ce texte simultanément à l’éditeur Ferenczi. Cette histoire d’un triangle amoureux où la jalousie et le mensonge se partagent l’intrigue a été nourrie de souvenirs et d’expériences vécues par l’auteur lui-même ; on reconnaît volontiers les bribes de son histoire avec Henry de Jouvenel, et l’amitié qui unit dans le roman Fanny et Jane rappelle celle de Colette pour sa rivale, Germaine Patat : « la rivalité entre deux femmes amoureuses d’un même homme se transforme en une solidarité complémentaire face à l’incurable désinvolture masculine [...]. Colette a déjà exploité cette situation dans une nouvelle de La femme cachée, où deux amies finissent par mépriser l’homme qu’elles ont toutes deux aimé. » (in Société des amis de Colette).

Architecturé, composé de telle sorte qu’il se prête bien à l’adaptation théâtrale - le contexte du théâtre de boulevard des années vingt avec le personnage masculin de Farou, « l’homme de théâtre pris dans l’effervescence des répétitions et de la création, qui apparaît et disparaît au cours du récit comme un personnage de second rôle sur scène » —, le roman sera porté à la scène en 1951 par Colette et Léopold Marchand, l’auteur dramatique qui avait déjà collaboré à l’adaptation de Chéri en 1921 et de La vagabonde en 1923. La première aura lieu au théâtre de la Madeleine, avec Maria Casarès dans le rôle de Fanny, le 15 janvier 1951, dans une mise en scène de Jean Wall.

Pour commander cet ouvrage vous pouvez utiliser notre formulaire
ou nous contacter par téléphone : +33 (0)1 43 29 87 94
ou par e-mail : info@herodotebooks.com
If you wish to order this book please use our order form
or contact us at : +33 (0)1 43 29 87 94
or even better please send us an email at : info@herodotebooks.com