Un ouvrage rare et très recherché

CODE NOIR

Le terrible « Code Noir »

Code noir 2
Code noir 1

Un ouvrage rare et très recherché

[CODE NOIR].

Le Code Noir, ou recueil des reglemens rendus jusqu’à present, Concernant le Gouvernement, l’Administration de la Justice, la Police, la Discipline & le Commerce des Negres dans les Colonies Françoises. Et les Conseils & les Compagnies établis à ce sujet.

A Paris, Chez Prault père, Imprimeur de Monseigneur le Chancelier, 1742.

Plein veau marbré, dos à nerfs joliment orné, caissons or, fleurette or, filets or, p. de titre en maroquin rouge, palette or en pied, tranches teintées rouge, filet or sur les coupes, reliure de l’époque, très bel exemplaire.

Bibliographie

- Catalogue de la Collection André Salle (vente juin 1929), n° 130 (même édition décrite avec 448 pp.) : « Très rare et très recherché ».

Bissainthe, Dictionnaire de Bibliographie Haitienne, 5162, p. 434. Chadenat, 1286. [Court], Catalogue de la Bibliothèque Historique et Scientifique du Docteur J. Court, 885, p. 112. Gazin, Éléments de Bibliographie Générale de la Martinique, p. 161. Ryckebusch, t. I, 1809, p. 130.

Vendu

Sold


Le « Code noir » ou « Édit du Roy », déclarations et arrêts concernant les esclaves « nègres » de l’Amérique a été élboré par Jean-Baptiste Colbert et promulgué par Louis XIV au mois de mars 1685. Une seconde version augmentée fut promulguée par Louis XV au mois de mars 1724. Les prescriptions de l’Édit de 1685, applicables aux Petites Antilles, furent étendues à Saint-Domingue en 1687, à la Guyane en 1704, aux îles Mascareignes en 1723, et à la Louisiane en 1724.

Première réglementation de l’esclavage (1685), il sera peu modifié et restera en vigueur jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1848. Un ouvrage rare et très recherché, le « Code noir » édité par Prault père et fils (voir notre exemplaire), englobe l’ensemble de la législation coloniale et non plus seulement l’Édit de mars 1685 ou les édits de 1723 ou 1724. Ce recueil connaîtra un grand succès et plusieurs éditions successives (1742, 1767 et 1788).