Sir Aurel Stein. INNERMOST ASIA

Stein innermost asia 1

 

Sir Aurel Stein : Serinda

STEIN (Sir Aurel).  

Innermost Asia. Detailed Report of explorations in Central Asia, Kan-Su and Eastern Iran carried out and described under the orders of H. M. Indian Government by Sir Aurel Stein, K. C. I. E. Indian Archaeological Survey. With descriptive lists of Antiques by F. H. Andrews and F. M. G. Lorimer ; and appendices by J. Allan, E. Benveniste, A. H. Francke, L. Giles, R. L. Hobson, T. A. Joyce, S. Konow, A. von Le Coq, W. Lentz, S. Lévi, H. Maspero, F. E. Pargiter, R. Smith, W. J. Sollas, R. C. Spiller, F. W. Thomas, V. Thomsen.

Oxford, at the Clarendon Press, 1928.

4 vol. gds in-4° ; [Text]-XXXIX-547 pp., très nombreuses reprod. photographiques h.-t. [1-288]/XII-de la p. 549 à la p. 1159, très nombreuses reprod. photographiques h.-t. [289-505]/[Plates]-XI-137 planches h.-t. [I-CXXXVII] & [Plans]-59 plans [1-59]/[Maps]-1 carte repliée non ch. [Index Map]-4 cartes repliées non ch. [A-B-C-D]-47 cartes repliées [1-47].

Demi-chagrin rouge, dos à nerfs joliment orné, titre or, fleurons or, palette or, plat toile d’époque couleur brique illustrée or, filets à froid d’encadrement et titre or avec fleuron sur les plats, étui moderne, rel. uniforme de l’éditeur, bel exemplaire.

Bibliographie

Arntzen, t. I, 510. Yakushi, Catalogue of the Himalayan Literature, S 720. Yuan, China in Western Literature, p. 658. Manque à Wilson et Ghani.

Édition originale très rare complète. Elle est illustrée de 505 reproductions photographiques hors texte, 59 plans hors texte, 137 planches hors texte et 52 cartes repliées dans un portefeuille.

Tirage limité à 500 exemplaires.

 

Immense travail! Innermost Asia est digne de succéder à Ancient  Khotan et à Sérindia (voir supra) dont elle est en quelque sorte la continuation et l’indispensable complément. Rendons ici hommage à l’infatigable énergie de l’explorateur qui refit un voyage de quelque 20 000 kilomètres à travers des pays peu hospitaliers et souvent d’accès difficile, dans l’unique but de reprendre des recherches qui lui paraissaient susceptibles d’être complétées.

Parti de Srinagar le 31 juillet 1913, Sir Aurel Stein remonte la vallée du Gilgit et franchit, à 5 000 mètres d’altitude, le col de Darkot. Le 7 septembre, il atteint la frontière de Turkestan chinois. De Maralbachi, il essaie de traverser le Taklamakan avec sa redoutable barrière de dunes mouvantes, pour reconnaître le massif de Mazar-Tagh, mais après trois jours de vains efforts, il est obligé de renoncer à son projet. Le 21 novembre il est à Khotan. Ensuite, c’est la marche à l’Est, à travers des plaines nues balayées par des vents très froids et très secs. Il revisite Domoko, revoit Niya, Charchan, Charkhlik. Plus à l’Est encore, c’est Lop-nor avec le delta desséché du Tarim où sont les ruines de Miran et de Leou-Lan (le 10 février). Partout où il plante ses tentes, l’archéologue explore et fouille. Après avoir parcouru une partie de la Mongolie et visité les ruines de Kara-Khoto, l’auteur gagne l’oasis de Tourfan et fait une longue halte à Idikut-Shahri. Il visite ensuite Korla et Koutcha. Le 31 mai 1915 il est à Kachgar. Ici se noue la boucle géante autour du Gobi central. Avant de rentrer en Inde et de regagner Srinagar, Sir Aurel Stein traverse le Turkestan russe et l’Iran oriental.

N. B. : entre 1913 et 1915, Stein revint aux grottes de Mogao, où il acheta 570 autres manuscrits à Wáng Yuánlù. Le Français Paul Pelliot arriva juste après, il emporta au total plus de 20 000 documents et peintures, qui furent dispersés entre le British Museum, la British Library et le Musée national de New Delhi.

À consulter : Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient, t. XXXI, janvier-juin 1931, Hanoi, 1932.