Paul VALÉRY. Une Soirée chez Monsieur Teste L'UN DES CHEFS-D'ŒUVRE DE LA PROSE FRANÇAISE MODERNE

Valery soiree 5

Valery soiree 4

 

UNE SUPERBE DEMI-RELIURE À COINS SIGNÉE DU MAÎTRE-RELIEUR JEAN-PAUL MIGUET

Valery soiree 1

CETTE RELIURE EST D’UNE GRANDE FINESSE D’EXÉCUTION. NOUS SOMMES EN PRÉSENCE D’UN TRAVAIL DE HAUTE TECHNICITÉ QUI NE SE RENCONTRE PLUS DE NOS JOURS

L'ouvrage dans son étui bordé (MIGUET)

Valery soiree 2

VALÉRY (Paul-Ambroise).

La Soirée avec Monsieur Teste

Paris, Bonvalot-Jouve, Éditeur, [Londres, 1896] 1906.

Grand in-8° ; 1 feuillet blanc de garde volante et 9 feuillets non chiffrés y compris la page de titre.

Demi-maroquin noir à coins, dos à petits nerfs pincés chiffré en pied, titre or, tête dorée, couverture rouge imprimée en noir de l’éditeur conservée, étui bordé de maroquin noir, facture d’une très belle finesse d’exécution, signée « J.-P. MIGUET », UN TRÈS BEL EXEMPLAIRE.                               

Dimensions : 250 x 160 mm


Vendu

Sold


BIBLIOGRAPHIE

Édition originale rare.

La Soirée avec Monsieur Teste parut in extenso en septembre 1896 dans la luxueuse revue de littérature et d’art Le Centaure (elle connaîtra deux livraisons seulement). Elle fut reprise dix ans plus tard par la revue Vers et Proses fondée par Paul Fort. Un simple tiré à part hors commerce du texte (in Vers et Proses, tome IV, décembre 1905, janvier-février 1906), qui fut commandé par Paul Valéry et non livré. Cette rare brochure fit l’objet d’une vente frauduleuse par le libraire à l’insu de l’auteur. Aucun dépôt légal ne fut déposé.

Il n’a pas été imprimé de grand papier.

- BnF, Catalogue de l'exposition PAUL VALÉRY, Paris, 1956, p. 29, n° 174.

- Georges Karaïskakis & François Chapon. Bibliographie des œuvres de Paul Valéry, p. 8, n° 7.


Paul VALÉRY : « J'ai fini par croire que M. Teste était arrivé à découvrir des lois de l'esprit que nous ignorons. Sûrement, il avait dû consacrer des années à cette recherche : plus sûrement, des années encore, et beaucoup d'autres années avaient été disposées pour mûrir ses inventions et pour en faire ses instincts. Trouver n'est rien. Le difficile est de s'ajouter ce que l'on trouve.»


- « La Soirée avec Monsieur Teste, un des textes les plus étroitement liés au nom de Valéry […], est aussi l’une des œuvres en prose les plus célèbres de la fin du XIXe siècle et, en fonction de l’époque à laquelle elle a été le plus lue, de la première moitié du XXe. Son héros, une sorte de quintessence de l’intellectualité, de la volonté de rigueur, de la maîtrise de toutes les opérations de l’esprit et du refus des à peu près trompeurs des émotions convenues comme des normes sociales – d’où son influence sur les surréalistes –continue à fasciner des générations successives de lecteurs. […] Écrit avec une extrême concision dans un style elliptique qui juxtapose d’une façon abrupte, presque hachée, les notations et les concepts les plus variés, ce texte très novateur qui respire une intelligence à la fois aiguë et inquiète est un des chefs-d’œuvre de la prose française moderne, à mi-chemin entre l’essai philosophique et le conte abstrait. » (Catalogue BnF, En français dans le texte, p. 296, n° 323).


En 1922, André Breton confiera dans le n° 2 de la revue Littérature qu'il « savait à peu près par cœur » ce texte de Paul Valéry : « Je ne cessais de porter aux nues cette œuvre, au point qu'à certains moments le personnage de M. Teste me faisait l'effet de descendre de son cadre, la nouvelle de Valéry, pour venir ruminer ses rudes griefs auprès de moi. »


Par son esprit analytique et scientifique, Paul Valéry a profondément renouvelé la tradition intellectuelle française. Il a laissé l’une des œuvres les plus importantes du point de vue qualitatif de toute l’histoire de la pensée européenne. Paul Valéry affirme la primauté de l'intelligence.


Les bonnes feuilles

« La bêtise n'est pas mon fort. J'ai vu beaucoup d'individus, j'ai visité quelques nations, j'ai pris ma part d'entreprises diverses sans les aimer, j'ai mangé presque tous les jours, j'ai touché à des femmes. Je revois maintenant quelques centaines de visages, deux ou trois grands spectacles, et peut-être la substance de vingt livres. Je n'ai pas retenu le meilleur ni le pire de ces choses : est resté ce qui l'a pu. »